Mouvements de protestation au Maroc : le « Harak » via les pages Facebook

juin 22, 2017 • Articles courts, Articles récents, Derniers articles, Liberté de presse et censure, Media et Politique, Media et Politique • by

Les manifestations au Maroc

Depuis le déclenchement des mouvements de protestation, fin 2016 dans la région du Rif au nord du Maroc, les réseaux sociaux se positionnent de plus en plus comme outil de communication voire de transmission  en direct de ce qui se passe dans le Rif par les médias traditionnels nationaux.

Depuis la mort brutale d’un vendeur de poisson à Al-Hoceima, port méditerranéen au Rif,  le 28 octobre 2016, la colère gronde chez les habitants des régions du Rif ou chez ce que la presse marocaine appelle “les indignés », d’après le journal en ligne marocain Le desk.

Pour les manifestants, ce sont les autorités qui sont coupables de la mort de Mouhcine Fikri, le vendeur de poisson d’Al-Hoceima, Le 28 octobre 2016, l’homme qui a été broyé par un camion-benne alors qu’il contestait la saisie de sa marchandise.

“Dans une quarantaine de villes et localités à travers le pays, les manifestations et sit-in se succèdent depuis [le 28 octobre], mais aussi et surtout sur les réseaux sociaux où une vague de colère a enflammé la Toile dans un mouvement quasi unanime accusant les autorités d’être responsables de son décès. Deux hashtags en arabe, #طحن_مو (Broie-le !) et #كلنا_محسن_فكري (Nous sommes tous Mouhcine Fikri), sont en tête des tendances sur Twitter”, rapporte Le Desk.

Depuis, les mouvements prennent de plus en plus de l’ampleur. La place des réseaux sociaux dans ce mouvement de protestation est centrale pour les militants qui retransmettent en direct tous les soirs sur Facebook les rassemblements.

«  Ils ont permis à l’opinion de se rendre compte de l’ampleur du mécontentement et de la mobilisation. Résultat, un mouvement de solidarité s’est créé dans le reste du pays, pour aboutir à une marche nationale d’une ampleur inégalée depuis 2011 », rapporte la correspondante de Radio France Internationale (RFI). Elle s’est déroulée à Rabat ce dimanche 12 juin et a aussi été retransmise sur les réseaux sociaux qui sont in fine une véritable arme de communication pour le mouvement, lit-on sur RFI.

Les retransmissions des mouvements se sont manifestées la plupart du temps à travers des vidéos en direct, des vidéos enregistrées de manifestants s’adressant aux internautes ou encore des photos de ces mouvements dans les différentes villes.

Outre la page du dirigeant arrêté de ces mouvements Nasser Zafzafi, les manifestants marocains ont trouvé refuge dans certaines pages et comptes  Facebook . AJO en a fait une sélection.

« Nasser Zafzafi » a été arrêté le 29 mai 2017. Avant son arrestation, sa page Facebook  et son compte personnel sur le réseau social étaient le principal intermédiaire de ces manifestations à Al-Hoceima (où elle a commencé) avec les autres régions du Maroc.

  • -La page Facebook SAT 
  • -La page Facebook Rif Original 
  • -La page Facebook La République du Rif 
  • -La page Facebook Rif Amazigh 
  • -La page Facebook du journaliste Hamid Elmahdaouy.Il y publie les articles parus sur le journal badil.info où il travaille.
  • -La page Facebook « 1 dîner 2 cons » , contrairement aux autres qui diffusent quotidiennement des publications Facebook, cette page retransmet une émission mensuelle écrite, animée et conçue par Youssef El Mouedden et Amine Belghazi. « Chaque mois, nous inviterons une pléiade de personnalités du monde des médias, de la culture, de l’associatif, de la politique, du spectacle et autres, à partager un repas, et à discuter, à bâtons rompus et sans langue de bois, de sujets qui concernent (ou pas) l’actualité du moment… C’est aussi con que ça ! », lit-on dans la présentation de la page.
  • -La page Facebook du professeur de droit constitutionnel Abderrahim Alam il publie sur le journal en ligne marocain « Hespress ».

Face au contenu des médias traditionnels qui demeure modeste, en termes de couverture journalistique et de transmission en direct, par rapport aux mouvements du Rif, les observateurs intéressés par les mouvements sociaux qui agitent le Maroc se sont orientés vers les nouveaux médias à savoir les réseaux sociaux, principalement le réseau social Facebook. Entre des articles, des transmissions en direct et des vidéos de témoignages, les dirigeants et supporters de ces mouvements ont essayé, par tous les moyens disponibles, de combler le vide informationnel qu’ont laissé les médias traditionnels.

Crédit photo @tsa

Print Friendly, PDF & Email

Tags, , , , , ,

Send this to friend