Les médias audiovisuels tunisiens à l’épreuve du pluralisme politique

mars 31, 2017 • Articles récents, Derniers articles, Ethique et Qualité, Media et Politique • by

Les partis politiques représentés au parlement tunisien ont, de loin, la plus forte présence dans les médias audiovisuels tunisiens. C’est ce qu’a révélé une étude élaborée par l’unité de monitoring de la Haute Autorité Indépendance de la Communication Audiovisuelle (HAICA) sur le pluralisme politique dans les principaux médias audiovisuels durant le premier trimestre de 2016. Les acteurs concernés sont la Présidence de la République (le Président, le porte parole et les conseillers), les responsables de partis politiques, les membres du gouvernement et les députés de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP).

Le corpus de l’étude est constitué par les débats politiques, les magazines d’information, les journaux télévisés, les bulletins d’information, les flashs d’information, les interviews, les «infotainment », et les émissions de divertissement. Le monitoring a été fait durant les « prime time ».

Selon ce rapport, le temps de parole des acteurs politiques dans les émissions télévisées se répartit comme suit :

Intervenant Temps consacré Pourcentage %
Les partis représentés dans le parlement 117 :11 :51 53,5
Le gouvernement 66 :02 :31 30,1
Les partis non représentés dans le parlement 21 :43 :08 9,9
La Présidence de la République 14 :14 :57 6,5
Total 219 :14 :27 100

Les acteurs sont intervenus, selon le même rapport, dans des sujets liés principalement à la politique (35,85%), à l’économie (15,53%), à la sécurité et au terrorisme (13,92%). 64,88% de ces acteurs interviennent à travers les émissions de débats et les magazines, 13,73% interviennent à travers les journaux télévisés, 5,82% seulement à l’occasion d’interviews et 5,60% interviennent à travers les enquêtes et reportages.

L’équilibre par genre est loin d’être atteint car 8,9% seulement des acteurs sont des femmes. Cependant, les médias publics ont accordé aux femmes plus de temps de paroles (10,3 sur Al Watania 1 et 10,2% sur Al Watania 2) que beaucoup d’autres chaines de télévision privés comme TNN (6,7%), Hannibal (4,9%) ou encore Al Insan (0%).

L’étude des émissions radiophoniques révèle des résultats assez semblables à ceux de la télévision.

Intervenant Temps consacré Pourcentage %
Les partis représentés dans le parlement 132 :21 :34 56,88
Le gouvernement 66 :01 :53 28,38
Les partis non représentés dans le parlement 22 :54 :10 9,84
La Présidence de la République 11 :23 :32 4,90
Total 232 :41 :09 100

Les acteurs sont intervenus à travers les chaines radiophoniques dans des sujets liés principalement à la politique (42,49%), à l’économie (16,99%), à la sécurité et au terrorisme (10,16%). 69,26% de ces acteurs interviennent à travers les magazines d’information, 19,08% interviennent à travers les « news », 9,43 % interviennent à travers les émissions de divertissement et 1,06 % interviennent à travers les magazines économiques.

Par rapport à la télévision, les femmes sont plus présentes dans les émissions radiophoniques. En effet, sur l’ensemble des acteurs, 10,67 % sont des femmes contre 8,9% dans les chaines de télévision. La chaine de radio qui a accordé, le plus, la parole aux femmes est la radio publique « Radio Jeune » (17,09%) suivie de la radio économique privée Express FM(12,41%) et la radio privée Shems FM (10,86%).

Des médias qui reflètent un paysage politique bipolaire

Les émissions télévisées et radiophoniques ont respecté, dans leur choix de représentants de partis politiques le même classement des partis en terme de nombre d’électeurs ( élections législative de 2014 ) et de représentants dans le parlement. En effet, les deux partis les plus présents sur les chaines de télévision et de radio sont les deux partis au pouvoir, à savoir Nidaa Tounes et Le Mouvement Ennahdha. En effet, les chaines de télévision ont accordé 24,46% du temps de parole au Mouvement Ennahdha, 16,08% à Nidaa Tounes contre 12,52% au Front Populaire (Opposition). Les chaines de radio ont, elles aussi, accordé 19, 21% de temps de parole aux représentants du parti Nidaa Tounes, 14,48% au Mouvement Ennahdha et 14,27% au Front Populaire.

Selon l’étude, un taux considérable du temps de parole a été accordé, entre autres, aux représentants de partis sans visa légal. Dans les chaines de télévision 3,40% du temps de parole a été accordée à ces acteurs qui ont également marqué leur présence dans les chaines de radio avec un pourcentage s’élevant à 5,18%.

En période de transition et avec des médias de plus en plus libérés du poids de la dictature, la Tunisie avance à petits pas sur le chemin de la démocratie et du pluralisme politique. Le rapport démontre une certaine aisance, nouvellement acquise, dans le traitement médiatique avec les acteurs politiques. La diversification des partis politiques met visiblement les médias tunisiens devant de nouveaux défis.

Crédit Photo @HAICA

Print Friendly

Tags, , , ,

Send this to friend