Les chaines d’information panarabes : outils de diplomatie ou de propagande politique ?

janvier 19, 2017 • Articles récents, Derniers articles, Economie des médias, Media et Politique, Media et Politique • by

livre

Couverture du livre

« Si tout le monde regarde CNN, qui CNN regarde-t-elle ? Al Jazeera » ! Tel a été le slogan d’une campagne publicitaire menée par la chaine qatarie Al Jazeera, au début des années 2000.

L’ouvrage collectif intitulé « Géopolitique des télévisions transnationales d’information », publié en octobre 2016 par « Éditions mare & martin » et dirigé par deux enseignants chercheurs : Olivier Koch, de l’Université Galatasaray (Istanbul) et Tristan Mattelart, de l’Université Paris 8, décrypte les mécanismes de production et de circulation de l’information internationale à l’ère de la télévision satellitaire.

Mohamed El Oifi, chercheur à l’Université Paris 3 et Hasna Hussein, chercheure au Centre Jacques Berque à Rabat ont souligné le rôle joué par les chaines panarabes depuis les années 90. Cet ouvrage met l’accent sur l’économie politique qui

En fait, la naissance de la chaîne Al Jazera a changé les pratiques des téléspectateurs arabes qui avaient tendance à regarder les chaines étrangères (francophones ou anglophones). Mais Al Jazeera a réussi à briser le monopole des médias occidentaux en matière de couverture internationale de l’information.

Rappelons que dans un ancien article publié sur AJO, nous avons souligné que la télévision demeure le média d’information prédominant au Maghreb et dans les pays du « Printemps arabe» qui ont vécu les soulèvements déclenchés depuis le début de 2011. Mohamed El Oifi et Hasna Hussein confirment aussi que les chaines d’information arabes ont joué un rôle crucial durant les grands événements qu’a vécu le monde arabe, notamment la première Guerre du Golfe en 1990 ainsi que l’intervention militaire américaine en Irak en 2003 et autres.

Des outils diplomatiques 

Mohamed El Oifi confirme que les chaines panarabes ont contribué à transformer les conditions dans lesquelles sont menées les politiques étrangères des Etats et à mobiliser les opinions publiques. Il a même souligné comment ces chaines sont devenues des « outils diplomatiques », porteurs d’une « logique d’influence politique et culturelle ».

En réalité, l’objectif de la chaine qatarie Al Jazeera était selon Mohamed El Oifi, d’obtenir le leadership médiatique dans le monde arabe, en réaction d’une part à « l’hégémonisme nassérien » exprimée par le lancement de la radio égyptienne « La voix des Arabes » et d’autre part à la presse panarabe saoudienne éditée depuis Londres (« Al Chark al Awsat » et « Al Hayat »).

De son côté, Hasna Hussein, chercheure au Centre Jacques Berque à Rabat, a souligné que Al Jazeera a vu le jour grâce à l’arrêt prématuré de la BBC Arabic TV, fruit d’une coopération éphémère entre le diffuseur britannique et les propriétaires saoudiens du groupe Orbit, suspendue suite à la diffusion d’un documentaire jugé offensant pour les autorités saoudiennes. Ainsi les journalistes de la BBC Arabic TV ont rejoint Al Jazeera. Mais il ne s’agit pas de la seule chaine qui s’est imposée dans les années 1990 dans le monde arabe. Hasna Hussein affirme que durant cette période, un ensemble de chaines offshore, basées à Londres ou à Rome ont vu le jour. Citons par exemple le bouquet Middle East Broadcasting Centre (MBC) , Orbit et la chaîne Al Arabiya.

Des instruments de propagande politique

L’expérience de la BBC Arabic TV n’était pas unique. D’autres chaines télévisées qui diffusent en langue arabe, gérées par les gouvernements occidentaux ont été lancées, à savoir la chaine française France 24. Dans son article, Romain Leclerc, chercheur au Centre européen de sociologie et de science politique, a signalé que la chaine Al Jazeera était la seule chaine désignée dès la phase de préfiguration de la future France 24, comme chaine concurrente.

Pour sa part, Olivier Koch, s’est penché dans son article sur l’expérience d’Al Hura TV, fondée en 2003 par le gouvernement américain, quelques mois après l’intervention américaine en Irak. L’auteur a confirmé que l’objectif de cette chaine était de justifier cette guerre auprès des téléspectateurs arabes et de contrer la chaine Al Jazeera qui a gagné beaucoup plus d’audience grâce à sa couverture quotidienne de cette guerre. Mais la chaine américaine ne disposait pas d’un réseau de correspondants assez dense pour couvrir l’actualité de la région et attirer l’attention des téléspectateurs arabes. C’était un instrument de propagande raté.

Ces chaines panarabes évoquées dans notre article ne sont pas les seules chaines qui ont joué ou continuent à jouer un rôle géopolitique crucial. D’autres chaines ont été évoquées dans cet ouvrage riche en expériences médiatiques internationales.

Crédit photo @mareetmartin & @LeMonde

 

Print Friendly

Tags, , , , , , , , , , ,

Send this to friend