Une histoire, plusieurs pays: Pourquoi les médias stéréotypent (encore) l’Afrique?

janvier 4, 2017 • Articles récents, Derniers articles, Ethique et Qualité, Media et Politique, Media et Politique • by

ejo

 

Utilisez toujours le mot «Afrique» ou «Darkness» (continent noir) ou «Safari» dans votre titre. Ce sont les premiers mots d’un essai satirique célèbre de l’écrivain kenyan Binyavanga Wainaina «Comment ne pas écrire sur l’Afrique ?» Le livre qui a été largement salué quand il est apparu en 2005 (et mis à jour en 2012) s’est amusé des stéréotypes répétés dans les reportages médiatiques internationaux sur l’Afrique.

Le même thème a été abordé dans le très partagé TED Talk, de l’auteur nigérian primé Chimamanda Ngozi Adichie. Elle a parlé du danger d’un seul récit à cause des clichés sur la pauvreté, la famine et les catastrophes qui ont dominé les reportages et la compréhension de l’Afrique. On trouve rarement une approche arrondie, équilibrée ou nuancée. Elle a décrit le moment  où elle est arrivée pour étudier dans une université américaine et comment son colocataire était étonné de rencontrer quelqu’un venant d’Afrique qui n’était pas victime de la famine, telle était la manière unidimensionnelle dont le continent a été décrit et compris.

L’afro-pessimisme a été remplacé par une nouvelle forme de « généralisation »

Ces auteurs critiquent les reportages internationaux sur l’Afrique en mettant l’accent sur la souffrance des victimes impuissantes, épicée par la visite occasionnelle de célébrités ou la superbe photo de la faune.  En effet, ils soulignent aussi l’absurdité de la couverture médiatique qui tente de confiner un énorme continent de plus de 50 pays dans les mêmes grandes généralisations. Ils méprisent, surtout, ce qu’on a souvent appelé « l’afro-pessimisme » ainsi que la tendance à dépolitiser les histoires en Afrique subsaharienne et à les réduire à des crises humanitaires désespérées ou à des images bizarres.

Les auteurs non africains ont remarqué la même chose. Christopher Hitchens a écrit dans « Vanity Fair » en 1994 qu’il était impossible de «trouver quelque part dans tout le continent abandonné, une histoire de succès … Les famines, les fléaux et les épidémies sont, des classiques sauterelles aux aides ultra-modernes, les plus généralisés et les plus dévastateurs. La vie humaine est la plus désagréable, la plus brutale et la plus courte. »

« Soudain, le continent est débordant de téléphones mobiles »

Au cours des dernières années, il semble que le récit unique sur l’Afrique a changé de vitesse. Au lieu de l’implacable image négative de la souffrance et des victimes appauvries, il ya un nouveau récit, celui de l ‘ « Africa Rising »( l’Afrique émergente). Soudainement, le continent regorge de téléphones mobiles et d’entreprises énergiques. Il y avait une fois (en mai 2000) une célèbre couverture de « The Economist » décrivait l’Afrique comme le continent désespéré. Cela a été remplacé en 2011 par une couverture pleine de ciel brillant et avec le slogan « Africa Rising ».

En fait, Michela Wrong a mentionné ceci dans le New York Times, comme le nouveau slogan obligatoire, maintenant que «il est à la mode de nos jours d’être optimiste sur l’Afrique.» . L’ancien rédacteur en chef de « African Arguments », Simon Freemantle, a souligné que «pas une semaine ne passe sans un rapport ou une conférence remarquable qui exalte les performances de croissance et le potentiel structurel du continent ».

Le problème est que tous les stéréotypes réductionnistes sont incomplets et inexacts. En particulier cette dernière caractérisation de l’Afrique comme un lieu débordant d’entrepreneurs, avec sa propre «savane de silicium». Dans une partie du monde qui connaît toujours des niveaux d’inégalité étonnants, elle risque de trop lier l’Afrique aux programme et objectifs néo-libéraux.

Inégalités au sein des sociétés africaines

Les observations de Thomas Piketty sur les lacunes béantes des revenus sont  aussi évidentes dans la montée des marchés libres en Afrique subsaharienne. Quel que soit le succès réalisé par le brillant nouveau business, il y a très peu de preuves d’un effet de «goutte à goutte» au profit de ceux qui sont en bas de l’échelle.

Il existe en effet des exemples de réussite provenant de nombreux endroits démontrant les capacités des économies africaines en développement. En effet, certains pays d’Afrique sont actuellement les économies qui connaissent la croissance la plus rapide au monde. Mais les récits de l’ « Africa Rising » ignorent le sort de ceux qui restent encore loin derrière dans des sociétés qui ne fournissent pas, en dehors de la famille ou de la communauté immédiate, un système de sécurité sociale que la plupart des sociétés occidentales tiennent pour acquis.

Les personnes âgées, les handicapés, les malades ou les malheureux se heurtent encore à une sombre perspective tant dans les villes surpeuplées que dans les zones rurales éloignées. Nous pouvons sympathiser avec le sort des Africains embarquant sur des bateaux pour essayer de se faire une vie meilleure à l’étranger. Pourtant, il est bien connu que les migrants dits économiques qui cherchent une meilleure vie à travers la Méditerranée ne sont pas, au fond,  ceux qui ne pourraient jamais se permettre ou même envisager un tel voyage. Les arguments plus larges de Piketty sur la nécessité d’un «état social» pour réguler le capitalisme rampant sont plus importants que jamais dans les sociétés qui présentent beaucoup des caractéristiques brutales du capitalisme victorien bucolique.

Les journalistes doivent rappeler le public des autres récits africains

Ainsi, au lieu de tomber dans le vieux stéréotype afro-pessimistes, les reportages médiatiques doivent se garder de se limiter au dernier récit «positif». Les binaires simples ne suffisent pas à narrer le récit d’une telle région vaste et multiforme. La classe moyenne africaine montante et les élites économiques ne sont qu’une dimension. Malgré toutes les histoires de succès en plein essor, et il y en a beaucoup, nous devons rappeler au public d’autres récits.

L’ingénieur kenyan à succès, Evans Wadongo, qui a été le pionnier des lampes solaires et est devenu l’un des principaux héros de CNN de 2010, est un bon exemple de cela. Parallèlement à ses réalisations technologiques et commerciales, dans son blog et ailleurs, il fait un grand effort pour mettre en évidence les inégalités en cours et la pauvreté choquante qui est encore si répandue dans de nombreuses régions du Kenya. Les médias doivent également se souvenir de ceux qui ne font pas partie de l’histoire de « l’Africa Rising ».

C’est une excellente nouvelle que nous sommes allés bien au-delà de la seule histoire de l’Africain affamé, mais nous ne voulons pas tomber dans un piège binaire et adopter un autre stéréotype malheureux à sa place.

Cedit Photo @International Institute of Tropical Agriculture 

Print Friendly, PDF & Email

Tags, , ,

Send this to friend