Fusion « AT&T » et « Time Warner » : Une révolution de notre manière de regarder la TV

février 10, 2017 • Derniers articles, Economie des médias, Les infos du numérique, Modèles économiques • by

Regarder la TV sur le téléphone mobile

 L’époque de la télévision réunissant devant elle les membres de la famille s’est achevée. Avec le développement numérique, le téléviseur a cédé sa place à des équipements mobiles de plus en plus accessibles. Dans un monde de plus en plus numérisé, nos manières de produire, de diffuser et de consommer l’information ont été bouleversées.

Face à cette évolution des canaux de communication, les producteurs des émissions télévisées ont réadapté leurs contenus et changé leurs politiques de communication. C’est dans cette logique que certains médias ont inscrit le rachat de Time Warner, troisième plus grand groupe de production télévisuelle, cinématographique et de divertissements au monde en termes de chiffre d’affaires par AT&T, le plus grand fournisseur de services téléphoniques locaux et longue distance des États-Unis. Une affaire qui a coûté à AT&T pas moins de 78,4 milliard d’Euros. Ce deal  signé un an après avoir absorbé l’opérateur de télévision par satellite DIRECT TV marquera, selon plusieurs médias, l’histoire de l’audiovisuel aux Etat Unis et dans le monde.

Certains médias estiment qu’AT&T devrait, à travers cette fusion, croquer le géant Time Warner et avec lui, le catalogue des films de la Warner Bros, et les contenus des chaînes HBO et CNN. D’autres voient en cette fusion une tentative de AT&T de se positionner et de gagner plus de notoriété sur le marché des médias.

Une chose est sure : cette fusion réalisera une intégration horizontale entre les compagnies productrices de contenus et celles propriétaires des « tuyaux » et concentrera entre les mêmes mains les capacités de production et de diffusion.

De nouveaux services pour une nouvelle génération de publics

La nouvelle génération des « consommateurs de médias » se tourne de plus en plus vers des services plus accessibles qui ne nécessitent qu’un téléphone mobile, une tablette ou un PC.

Selon le New York Times, en avalant l’un des « derniers joyaux de l’industrie du divertissement », AT&T cherche clairement à répondre à la concurrence féroce des chaînes de télévision-à-la-demande sur Internet, telles que Netflix, Amazon, Prime et YouTube, qui se sont imposées – notamment auprès des jeunes,» . La formule est aussi simple qu’inquiétante : détenir à la fois « les tuyaux et les contenus ».

Selon Alexa, les sites les plus visités par la communauté internationale des internautes sont ceux qui offrent des services de communication gratuits (Chat, vidéo conférence…) en plus des sites de streaming . En effet, après le moteur de recherche Google, tête de la liste, on trouve YouTube, Facebook, Yahoo, Baidu (un moteur de recherche chinois), Amazon, Live.com et Vk.com (des sites de streaming)…

En 2015, 2,58 milliards de personnes se sont connectées à Internet via un téléphone mobile dans le monde, soit 56,1% des détenteurs de smartphones, selon eMarketer. « Plus de 63,4% des détenteurs de téléphones mobiles se connecteront à Internet d’ici 2019  dans le monde, selon les prévisions d’eMarketer. Le ratio était de 52,7% en 2015 et devrait atteindre 56,1% en 2016. » lit-on sur le Journal Du Net journaldunet.com.

Que faire devant les nouvelles plateformes de communication gratuite ?

Ce changement des pratiques médiatiques a accompagné le développement des canaux et supports médiatiques : Les réseaux sociaux et les sites offrent de plus en plus de services gratuits de communications mais également de plateformes pour un nombre infini de vidéos et de produits multimédias, en général.

« Les géants de l’Internet que sont Google, Facebook ou Netflix représentent désormais une concurrence directe dans les deux secteurs », lit-on sur le site WIRED. « Ils proposent des contenus médias – notamment des centaines de millions de vidéos – et tentent aussi d’offrir des services de communication, menaçant ainsi les acteurs historiques comme AT&T ou Verizon. Les entreprises de télécom doivent donc riposter, ce qui implique de défier les géants du web sur le front des médias », ajoute Wired.

Pour la revue The Economist, les sites comme Amazone ou Netflix dépensent des milliards de dollars pour produire et acheter des émissions télévisées « dédiées à la vente directe aux téléspectateurs qui voudraient les regarder quand ils le veulent sur des supports autres que le box dans le coin de la chambre.»

C’est ainsi qu’ « après l’accord avec Time Warner, AT&T va bénéficier d’une nouvelle garantie : Toute nouvelle plateforme de streaming «  légale » va devoir obtenir des contenus sous licence auprès des géants de l’audiovisuel pour survivre, précise « Wall Street Journal ».

Les contenus médiatiques se développent face au changement des tuyaux de communication : Nous avons vu le monde passer de la télévision analogique au téléviseur numérique. Avec des supports de plus en plus réduits et des services de plus en plus accessibles, que serait la prochaine étape ?

Crédit Photo @Bell

 

Print Friendly, PDF & Email

Tags, , , , , , ,

Send this to friend