Le journalisme moderne:Objectivité Out, plaidoyer In?

mars 4, 2017 • Derniers articles, Economie des médias, Ethique et Qualité, Modèles économiques • by

« Crois-moi »

Les défis du journalisme moderne – et comment les satisfaire – étaient  l’objet de « the 2017 Reuters Memorial Lecture », au Collège St Anne, Université d’Oxford, le 10 février 2016. Dans « Nous avons cassé les nouvelles. Comment pouvons-nous résoudre ce problème? » Melissa Bell, de Vox Media, a déclaré qu’il est temps pour l’industrie d’admettre ses propres problèmes.

Depuis 1976, la confiance dans les médias est en baisse continue. Maintenant, Google est plus fiable que les agences de presse, affirme Bell. Elle a fait remarquer que de nombreux organismes de presse manquent d’un bon modèle entrepreneurial et ne parviennent pas à répondre aux besoins changeants de leurs auditoires. Un autre défi auquel sont confrontés les médias est la rapidité des changements technologiques à un moment de la démocratisation des nouvelles, ajoute Bell.

Bell s’est fortement inscrite contre l’adoration de l’objectivité. L’objectivité est un objectif creux, un point faible massif pour les journalistes, explique-t-elle. Le côté émotionnel des nouvelles est très important et les journalistes ont besoin d’admettre le fait qu’il ya une énorme quantité d’émotion dans les nouvelles tous les jours.

Elle a identifié neuf problèmes clés, dont la concurrence sur des rendements décroissants; une course pour les cotes; et des combats fréquents sur l’éthique dans le journalisme.

Elle a identifié neuf problèmes clés, notamment: la concurrence sur des rendements décroissants; une course pour les classements et des combats fréquents sur l’éthique dans le journalisme.

Mais Bell est aussi optimiste et affirme qu’il y est temps de régler les problèmes. Les correctifs sont à portée de main: être intéressant et pas trop obnubilé par l’objectivité. Les médias devraient être divertissants mais pas fournir un divertissement, dit-elle. Elle a appelé l’industrie à mieux connaître les affaires des médias et à trouver un nouveau modèle économique.

Une discussion après le discours de Bell a été modérée par Alan Rusbridger, ancien rédacteur en chef de « The Guardian ». Parmi les panélistes, Marty Baron, rédacteur en chef du « Washington Post », qui a indiqué qu’il est plus facile, avec le recul, de voir ce qui a mal tourné dans le passé, mais plus difficile au milieu du changement. « Nous avons essayé beaucoup de choses, il y avait beaucoup d’efforts, » a-t-il affirmé. L’industrie était en train de changer de façon spectaculaire, le fardeau était sur nous et nous avons dû l’accepter.

Tom Standage, rédacteur en chef adjoint de The Economist, a déclaré, pour sa part, que l’obsession de l’objectivité est née aux États-Unis dans les années 1920, alors que l’Europe avait toujours été plus à l’aise avec une approche partisane. Il a appelé à la transparence et à l’ouverture à une nouvelle objectivité.

Un autre panéliste, Ritu Kapur, fondatrice et chef de la direction du « The Quint », a souligné que les audiences  des « news » ne devraient jamais sous-estimer leurs auditoires. Elle a ajouté que les audiences de « The Quint » sont jeunes, diversifiées et très engagées dans la politique. Kapur a déclaré que les organisations de médias devraient s’engager davantage avec leurs publics, à travers des conversations et des commentaires.

 

N.B. Cet article a été publié sur EJO (eng) et traduit par Yosr Belkhiria

Crédit Photo @Glomédias

Print Friendly

Tags, , , ,

Send this to friend