Les médias du monde au rendez-vous d’un pèlerinage juif en terre d’Islam

mai 24, 2017 • Articles récents, Derniers articles, Journalisme spécialisé • by

Plus de 100 médias ont assuré la couverture du pèlerinage juif à la Synagogue de « La Ghriba, datant de plus de 2600 ans et considérée comme la plus veille d’Afrique. Cet événement annuel appelé aussi « Ezziara » s’est déroulé du 12 au 14 mai 2017 à l’île de Djerba dans le sud tunisien. Cet événement religieux a fait couler beaucoup d’encre pour ce qu’il représente pour la communauté juive, et en Tunisie et à l’étranger. Une semaine avant le début des festivités, certains médias étrangers étaient déjà en place pour scruter la communauté juive de Djerba, connue pour la diversité religieuse de ses habitants.

Des reportages, des streamings, des articles mais aussi des tweets ont rapporté cet événement qui a duré tout au long des trois jours du pèlerinage. Pour les autorités tunisiennes, cet événement était un défi pour prouver au monde entier, à travers les médias présents, que la Tunisie est un pays sécurisé. Ce fut également une occasion pour la promotion de la Tunisie en tant que destination pour la prochaine saison touristique.

Des médias locaux toujours au rendez-vous

Les médias locaux, habitués à cet événement, étaient au rendez-vous de ce rituel annuel. Des correspondants mais aussi des envoyés spéciaux se sont déployés sur toute l’île de Djerba : dans la synagogue et dans les quartiers juifs, « la Hara lekbira » (Grand quartier) et « la Hara Essghira » (Petit quartier) .

*L’objectif des médias n’était pas de faire le scoop mais plutôt de transmettre, le plus objectivement et le plus fidèlement possible, les festivités de la Ghriba. Pour l’agence de presse nationale TAP, l’objectif était, non seulement de couvrir les points de presse qui se tenaient et les événements qui s’organisaient sur toutes l’île à l’occasion du pèlerinage mais plutôt de rapporter les à-côtés : l’activité commerciale, les musulmans qui assistent à ce pèlerinage, etc. D’autres médias comme les chaines de télévision privées « Al Hiwar Attounsi » ou « Nessma TV » faisaient des duplex, des reportages, des interviews… outre les photographes qui ont accompagné toutes les étapes et rites du pèlerinage : les prières, l’écriture sur les œufs, les grandes et petites sorties…

Médias étrangers : des reportages, des transmissions en direct et des films

Des médias d’information mais également des chaines TV documentaires ont couvert le pèlerinage de la Ghriba. Des agences de presse dont l’AFP, des chaines de télévision dont France 24 et « National Geographic », des journaux de renom dont « The Independent », des chaines de radio spécialisées comme la radio belge Judaika FM ont assuré une couverture instantanée des différents rites de la « Ezziara ».

Alexis, journaliste belge avec Judaika FM, est venu une semaine avant le pèlerinage pour faire des reportages sur les communautés juives en Tunisie, outre les pèlerins venus des quatre coins du monde. « On vient avec l’Office national du tourisme, établissement relevant du ministère du tourisme tunisien, qui se charge depuis notre arrivée, de notre mobilité et hébergement ». Alexis regrette ne pas avoir pu circuler librement à cause du timing serré de l’office mais affirme toutefois que l’office s’est arrangé pour que les journalistes étrangers puissent rencontrer des juifs qui vivent en sérénité avec les musulmans. « Malheureusement, je trouve peu d’articles en français et en anglais sur « Ezziara » de la « Ghriba » sur internet, » a confié Alexis au correspondant de AJO.

Pour assurer une meilleure visibilité sur les médias étrangers, l’Office national du tourisme a invité des journalistes du monde entier et a mis en place un programme à la fois touristique et religieux. Outre les rites de « La Ghriba », l’Office a veillé à ce que les journalistes puissent voir les spécificités touristiques de l’île de Djerba, une des meilleures destinations touristiques en Tunisie. Le programme de l’Office a comporté des visites guidées aux zones touristiques et culturelles de l’île, une conférence de presse avec la ministre du tourisme, des événements culturels sur le patrimoine Djerbien mais aussi tunisien, en plus des rites de « La Ghriba » qui se déroulaient à l’intérieur de la Synagogue. L’office a également assuré le transport, l’hébergement et mis à la disposition de ces journalistes des moyens de transport pour faciliter leur mobilité dans l’île.

En plus de la matière journalistique, tous genres journalistiques confondus, un groupe de cinéastes de la chaine de télévision ART s’est déployé sur toute la synagogue de la Ghriba pour filmer les différents rites du pèlerinage.

« Il s’agit d’un film portant sur le judaïsme, une première partie d’une trilogie de films portant sur les 3 religions déistes qui sera diffusée l’année prochaine sur ART », a annoncé la réalisatrice et metteur en scène du film dans une déclaration à l’Observatoire Arabe du Journalisme.

Les festivités du pèlerinage juif de la Ghriba ont été reportées dans les médias locaux et internationaux comme le reflet d’une coexistence religieuse et culturelle tant espérée dans le monde entier. Ces mêmes médias qui ont un jour diffusé l’image d’une Tunisie menacée par le terrorisme, ont transmis au monde entier, à l’occasion de ce pèlerinage, l’autre face de la Tunisie tolérante et sécurisé.

Print Friendly, PDF & Email

Tags, , , ,

Send this to friend