Les médias internationaux et la question des minorités au Moyen-Orient suite aux révolutions du « printemps arabe »

janvier 8, 2018 • Articles récents, Derniers articles, Ethique et Qualité, Media et Politique, Media et Politique • by

@HuffpostMaghreb

Les soulèvements arabes et les révolutions du « printemps arabe » qui ont été déclenchés en 2010, ont lancé plusieurs pistes à exploiter par des chercheurs dans le domaine des médias. Il s’agit d’explorer le rôle des nouveaux médias et la neutralité de la couverture médiatique locale et internationale des événements ainsi que d’autres questions qui ont lié les médias à la politique internationale selonplusieurs niveaux. Par contre, la question de la relation qu’entretiennent les minorités avec les médias internationaux dans certains pays arabes est restée parmi les sujets dont l’étude est en retard malgré son importance et sa signification.

Dans un article récent intitulé «Les minorités du Moyen-Orient dans les médias internationaux et les politiques de l’affiliation nationale», Dr.Elizabeth Munir, chercheure associée au département des études du Moyen-Orient à l’Université de Cambridge, a étudié l’effet du climat politique instable suite aux événements du« printemps arabe » sur la façon d’utiliser les médias par les minorités et les groupes marginalisés dans certains pays du Moyen-Orient. En effet, ces individus ont développé leurs pratiques médiatiques pour se protéger et s’adapter aux changements qui les entourent. Cette étude a été publiée en juillet 2017, dans la revue « Arab Media and Society » du Centre Kamal Adham pour le journalisme télévisé et numérique, à l’Université Américaine du Caire.

L’article en question a étudié deux cas: le cas des Coptes en Egypte et le cas des Yézidis en Irak. La sélection de ces deux cas a été faite en raison de la capacité de ces communautés de relier les intérêts de leurs membres à la politique internationale à travers la communication avec les médias internationaux. Cet article souligne que les différences dans les conditions de communication avec les médias internationaux et les objectifs de cette communication, dépend en partie de la façon avec laquelle la communauté étudiée perçoit sa situation à l’intérieur du pays, notamment en ce qui concerne l’idée d’appartenance à une minorité. L’étude a démontré que les deux communautés ont utilisé certains médias privés pour répondre aux besoins internes de leurs communautés tels que le transfert du patrimoine, l’éducation communautaire afin de préserver l’identité actuelle de la société et, les pratiques culturelles et religieuses.

Mais le flux croissant des migrants et l’instabilité des minorités ont accru la nécessité de développer des stratégies médiatiques qui soutiennent les minorités et ce, en collaborant avec les médias internationaux pour que les préoccupations et les problèmes des minorités soient visibles au-delà des frontières nationales ou communautaires.

En général, les résultats de cette étude différaient entre les deux communautés : les résultats indiquaient un équilibre entre la question de la violence contre les coptes dans les médias internationaux et la préservation des récits qui soutiennent les politiques de l’État égyptien et renforcent le discours sur l’appartenance nationale. Les Coptes étaient contre le fait de souligner tout problème lié au racisme, en rejetant le terme «minorité» ou toute protection étrangère. Avec la menace permanente de l’Etat islamique, leur façon de communiquer avec les médias a changé: les coptes ne demandaient pas de l’aide en tant que minorité, mais soutenaient tous les Egyptiens face à la menace terroriste.

Quant aux Yézidis, ils ont cherché à obtenir une protection internationale en raison du danger imminent, une fois qu’ils restent dans leur pays d’origine, ce qui a incité les Yézidis à chercher une protection directe auprès de la communauté internationale en dehors des limites de leurs territoires. Certains militants parmi eux ont appelé à établir un régime indépendant sur leur territoire dans le nord de l’Irak. La campagne de violence menée contre les Yézidis depuis 2014 a été présentée comme étant un « génocide ».

Lien de l’étude complète: http://www.arabmediasociety.com/?article=1028 

Remarque : Cet article a été publié sur le site arabe de l’Observatoire Arabe du Journalisme et traduit par Nouha Belaid

 

Print Friendly, PDF & Email

Send this to friend