Ludification : le journalisme devrait-il être plus ludique?

novembre 11, 2017 • Derniers articles, Les infos du numérique • by

Crédit Photo @creators

Que ce soit une pause rapide sur le smartphone, les week-ends passés devant la console de jeu ou même une partie de jeu de société, pour beaucoup de gens les jeux sont un moyen de se détendre et de se socialiser. Mais les jeux font également partie de la vie quotidienne. La « ludification »(Gamigfication) touche presque toutes les professions, y compris le journalisme.

La ludification est généralement définie comme l’application d’éléments ludiques de jeux à d’autres domaines, pour fasciner et motiver les utilisateurs, et parfois même changer de comportement. Un exemple est le projet de clés de piano de Stockholm. Mis en œuvre en 2009 dans le métro de Stockholm, un escalier normal a été équipé de touches de piano, qui produisent des sons lorsqu’on marche dessus. Cela a augmenté de 66% la motivation à prendre les escaliers au lieu de l’escalator.

Mais la ludification peut-elle aider les journalistes à interagir davantage avec les lecteurs, à développer des idées ou à organiser des tâches de manière plus satisfaisante?

J’ai récemment évalué ces questions pour un mémoire de maîtrise. J’ai trouvé un certain nombre d’exemples de la façon dont la ludification est déjà utilisée avec succès dans le journalisme, mais la recherche a également identifié une certaine résistance au concept de la part des journalistes et des éditeurs de nouvelles.

Ma thèse visait à définir la ludification, à déterminer le rôle de la ludification dans le journalisme, à trouver des distinctions à d’autres approches – telles que les jeux d’actualités – et à démontrer comment les jeux pouvaient être utiles aux journalistes. Cela a été fait en combinant la recherche existante sur le sujet avec des interviews d’experts et en créant deux concepts possibles de la ludification pour le journalisme. Ces concepts ont ensuite été évalués par des discussions de groupe.

Utiliser des jeux et des quiz pour interagir avec les lecteurs

Parmi les exemples de jeux de journalisme existants mentionnés dans la recherche, on peut citer « Opinary ». Ce site allemand invite les utilisateurs à exprimer leurs opinions sur n’importe quel sujet. Il utilise les informations pour créer des visualisations (voir ci-dessous) permettant aux utilisateurs de voir comment les autres ont voté sur le sujet et de comparer leurs propres opinions. Les sondages d’opinion sont parrainés par des éditeurs de presse.

Un autre exemple « You Draw It » (Lien), du New York Times, se concentre sur la compréhension des développements politiques actuels à l’aide de graphiques dessinés par les lecteurs. L’idée a pris le dessus et a également été mise en œuvre pour la politique allemande par le radiodiffuseur régional BR pour un projet sur la chancelière Angela Merkel.
D’autres projets de journalisme incluent « Einheitsreise » – un projet sur la réunification allemande développé par le journal Berliner Morgenpost – qui a une ouverture sur la ludification. Les utilisateurs sont invités à dessiner où ils pensent que le mur entre l’est et l’ouest de l’Allemagne a été localisé pendant la guerre froide. Ils sont alors en mesure de comparer leur mur imaginaire avec ceux des autres lecteurs – et avec l’emplacement réel du mur.
Le site « ludifié », « Politik Hero » a également gagné en reconnaissance. Bien plus sur la politique que sur le journalisme, « Politik Hero » vise à initier une discussion politique, en utilisant une présentation ludique. Un certain nombre d’applications ont également adopté le concept à des fins d’éducation ou d’amélioration de la productivité.
L’un des concepts que j’ai développés dans le cadre de la recherche était pour un site théorique, nommé « Balanced News ». Il vise à motiver les journalistes à sortir de leurs propres bulles filtrées sur les réseaux sociaux. Pour «gagner» le jeu, les joueurs doivent équilibrer un ensemble de balances. Ils peuvent le faire en recherchant des informations des deux côtés du spectre politique pour équilibrer leurs rapports. Ce concept a été inspiré par le site « AllSides » qui examine les nouvelles de tous les angles politiques.

Problèmes de coût et de crédibilité

Les exemples existants démontrent le potentiel de la ludification dans le journalisme, mais jusqu’ici l’approche n’a pas été largement adoptée. Selon les experts interrogés pour les besoins de la recherche, cela pourrait être pour plusieurs raisons. Premièrement, la création de tels concepts implique du temps et de l’argent. Deuxièmement, de nombreux journalistes semblent craindre une nouvelle perte de crédibilité du fait de l’utilisation croissante des jeux. Les médias sont également incertains quant aux effets potentiels de la ludification sur leurs lecteurs.

L’étude de la ludification est encore à un stade précoce et il est probable que toutes ces questions pourraient être résolues par d’autres recherches.

Réduire le scepticisme 

Mon mémoire a démontré que la normalisation des approches « ludifiées » dans le journalisme pourrait réduire le scepticisme vis-à-vis de la ludification, à la fois de la part des médias et de celle du public. Grâce à une utilisation accrue, des genres spéciaux pour le journalisme ludifié pourraient évoluer. Cela faciliterait à son tour aux médias d’introduire plus de formes ludiques dans le journalisme.

Quand il s’agit d’innovation, la curiosité pour quelque chose de nouveau et l’envie d’expérimenter peuvent l’emporter sur la peur de l’inconnu. Bien que la ludification ne soit certainement pas la solution à tous les problèmes auxquels les médias sont actuellement confrontés, c’est certainement une approche que les innovateurs des médias devraient connaître et garder à l’esprit.

Remarque: Cet article a été publié sur le site allemand de l’Observatoire Européen du Journalisme,  traduit aussi par  Teresa Schindler/Florian Lange pour  le site anglais de l’Observatoire Européen du Journalisme  et traduit pour AJO par Yosr Belkhiria

Print Friendly, PDF & Email

Tags, ,

Send this to friend